Deepwork Etat de Flow
Catégorie(s) :

Avez-vous déjà perdu la notion du temps en étant captivé par une activité ? Avez-vous déjà prononcé les mots « je n’ai pas vu le temps passer, il était comme suspendu », « j’étais absorbé.e par ce que je faisais », « je me sentais dans mon élément, tout coulait de source » ? Si la réponse est oui, c’est que vous avez probablement déjà vécu un état de flow (flux en anglais) !

L’état de flow engendre des émotions positives, un plein engagement et une performance optimale. Très recherché dans le domaine du sport de haut niveau, il peut aussi être un excellent outil de développement personnel et collectif en entreprise. Petit tour d’horizon sur cette notion et son application concrète au travail.

L’état de flow, qu’est-ce que c’est ?

Défini par le psychologue hongrois Mihali Csikszentmihalyi et largement utilisé en psychologie positive, l’état de flow se caractérise par un état de concentration intense où l’individu est complètement absorbé par son activité. Le temps passe en un éclair, il porte une attention totale à l’activité, se sent stimulé et voit tout son potentiel s’exprimer. Cet état de concentration optimale et de bien-être va lui permettre d’atteindre un niveau de performance maximum.
Si vous aimez par exemple résoudre des énigmes, n’atteignez-vous pas cet état lorsque vous cherchez la résolution du problème ?

« l’état de flow se caractérise par un état de concentration intense où l’individu est complètement absorbé par son activité »

Pourquoi développer l’état de flow au travail ?

Le psychologue hongrois nous explique qu’en fixant un objectif trop haut, on génère une trop grande quantité de stress mais qu’en le fixant trop bas, on induit de l’ennui. Or, l’être humain a besoin d’être stimulé pour progresser.
Philippe Rodet – ancien médecin urgentiste, fondateur du cabinet Bien-Etre & Entreprise et auteur de plusieurs ouvrages sur les leviers de motivation – définit l’état de flow comme « un défi possible ». Il nous explique qu’il peut se développer lorsque « l’objectif fixé est légèrement au-dessus des capacités du collaborateur, qui se doit alors d’être hyperconcentré et efficace. Grâce à cette efficacité, il prend conscience de son utilité pour son entreprise et fait émaner du sens qui le protège des effets du stress » (Hors série spécial travail, Psychologie Positive).
Insuffler le flow contribue ainsi à augmenter le bien-être et l’épanouissement des collaborateurs, et à terme augmenter leur engagement.

L’état de flow peut être aussi collectif. Au sein d’une équipe projet, cela va créer une énergie partagée et stimulante qui favorisera la cohésion, la créativité et la performance du groupe. Nombreux sont les capitaines d’équipes de sport de haut niveau à parler d’un état partagé, « une alchimie », où tout le groupe agit à l’unisson avec précision, plaisir et efficacité. « Si on prend le temps d’être en harmonie, on peut renverser des montagnes » (Laurent Sciarra, meneur de jeu de l’équipe de Basket à Sydney).

Wembley Stadium, London, England - 20/9/15
New Zealand perform the Haka before the match New Zealand v Argentina

6 clés pour favoriser l’émergence d’un état de flow au sein de ses équipes

La Psychologie du sport nous apprend beaucoup sur les conditions pour atteindre cet état.
Voici 6 clés, adaptées au monde du travail, qui visent à favoriser des sentiments de sécurité, à diminuer le stress, maintenir la concentration et la motivation :

 

Proposer des challenges à la mesure des compétences des collaborateurs
Philippe Rodet nous propose de demander aux collaborateurs de noter sur une échelle de 1 à 10 leur niveau de stress, puis leur niveau de plaisir. « Quand le rapport plaisir/stress est supérieur ou égal à 1, c’est que l’objectif convient » (Hors série spécial Travail, Psychologie positive).

 

Définir clairement les objectifs globaux et sous le contrôle du salarié concerné.
Pour vous assurer qu’ils soient bien précis, vous pouvez notamment utiliser la méthode S.M.A.R.T. : Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporellement défini.

 

Mettre en place un environnement familier et adapté
Il est important de proposer un environnement et des outils de travail adaptés aux spécificités du projet, de permettre à chacun de se les approprier rapidement et facilement (pensez à l’onboarding des équipes, aux ressources et formations disponibles).

Créer des rituels de travail pour assurer le suivi du projet et prendre le « pouls » du collaborateur et des équipes
A chaque équipe ses rituels, je vous en propose quelques uns : stand-up meeting hebdomadaire, célébration des succès et des échecs dans une démarche d’amélioration continue, points météo avant de commencer un entretien ou une réunion, etc.

 

Travailler les techniques d’ancrage et de visualisation
Pleine conscience et pensée visuelle font bon ménage. Avant de commencer une réunion, invitez vos collaborateurs à éteindre leurs téléphones et à s’ancrer dans le présent, ici et maintenant. Puis utilisez la technique du sketchnoting pour prendre des notes, présenter des concepts et idées. Vous verrez, concentration et proactivité seront décuplées !

 

Faire des feedbacks réguliers et sous différentes formes
Toutes les occasions sont bonnes : lors d’entretiens, mais aussi au cours d’une discussion plus informelle, sur des post-it, ou tout autre moyen et tout au long de l’année ! A noter qu’un feedback, positif ou négatif, se doit d’être bienveillant, sincère et sans jugement.

zen

Agir sur son propre état de flow au travail

Vous pouvez agir personnellement sur votre état de flow en créant un environnement et des habitudes propices à son développement.
Pour cela, appropriez-vous les clés citées plus haut :

  • Calculez votre rapport plaisir / stress sur votre objectif actuel. Vous vous ennuyez ? Repérez les moments de flow que vous avez déjà vécus : quelles compétences étaient mobilisées ? A quel niveau ? Face à quel type de challenge étiez-vous confrontés ? Lancez-vous de nouveaux défis, faites de nouvelles propositions, laissez votre créativité s’exprimer. Bref, sortez de votre zone de confort ! Si au contraire vous êtes trop stressé car l’objectif fixé est trop élevé, adoptez une tout autre stratégie : demandez de l’aide, une formation spécifique, un suivi plus régulier…
  • Préciser bien vos objectifs et déclinez-les en plan d’actions. Une vision claire vous permet d’avancer sereinement et d’être autonome dans vos missions. Etablissez vos étapes pour y parvenir et vos indicateurs de réussite pour garder le cap et vous rassurer.
  • Discutez de votre environnement de travail et vos besoins. Si vous êtes en open space et avez besoin de calme, obtenir un bureau personnel sera sûrement compliqué mais vous pouvez peut-être négocier le casque anti-bruit dernier cri ! Ou pourquoi pas une journée de télétravail par semaine ?
  • Créez vos rituels pour vous booster (faites des RDV avec vous-même et félicitez-vous !), vous organiser (chaque lundi matin, un plan d’action de la semaine), rester concentré (des temps journaliers dédiés à la lecture des mails, à la veille sur les réseaux sociaux professionnels).
  • Pratiquez des techniques d’ancrage pour respirer, déstresser et prendre du recul. Des applications existent pour vous accompagner simplement dans des exercices de méditation et de relaxation (Petit Bambou, Pleine conscience, Pranayama, etc.).

En conclusion

Ces clés représentent des grandes pistes d’actions.

Chacun pourra les adapter à son cadre de travail, son expérience, et inventer ses propres « trucs et astuces ».

Un outil original et très efficace peut par ailleurs vous accompagner dans chaque étape et jouer le rôle de boussole : le bullet journal. J’en parlerai dans un prochain article.

Pour l’heure… à vous de jouer !

Maître YODA : "May the flow be with you"

A propos de l'auteur(e)

photo léa
Bouton Linkedin
Léa BOIJOUT

Diplômée d’un Master en Management d’équipes et de projets à l’UPEC, j’évolue depuis 7 ans dans le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire en tant qu’Animatrice de réseau et Chargée de projets collaboratifs. L’enjeu commun de mes missions est de développer l’engagement et l’intelligence collective en prenant en compte toute la diversité des Ressources Humaines de ce secteur (salariés, bénévoles, volontaires, stagiaires, …). Mon leitmotiv : tirer le meilleur du collectif en favorisant l’épanouissement de chacun !

Laisser un commentaire